Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’action de Force Ouvrière chez Carrefour est une longue histoire

L’action de Force Ouvrière chez Carrefour est une longue histoire de défense des droits et des avantages pour les salariés, qu’ils soient anciens, présents, ou à venir. Quand on se retourne et que l’on regarde cette histoire, on peut constater que les salariés ont connus chez Carrefour, des périodes multiples et différentes.
 
A l’origine, Carrefour se développait et construisait de nombreux hypermarchés et seulement des hypermarchés, d’abord en France puis en Europe et enfin dans le monde entier. 

A cette époque, les conditions de travail étaient bien plus dures, le temps de travail bien plus long, les droits des salariés bien plus minces. Mais les primes variables, comme la participation aux bénéfices, étaient plus importantes et comme l’inflation était forte, les hausses de salaire suivaient ce rythme. Le syndicat Force Ouvrière devait déjà défendre les droits et des conditions de travail contre les remises en causes des employeurs.
 
Il y eu ensuite la période des fusions, avec Euromarché, Montlaur, ou encore Comptoir Moderne et enfin Promodès. Cette période qui s'étale sur une dizaine d’années, ne fut pas un long fleuve tranquille et connu son lot de réorganisations, de gâchis, de pleurs, de pertes et de gains pour les salariés. Le turn-over était très important, la participation aux bénéfices était encore forte et les droits des salariés différents d’un magasin à l’autre. Il fallut aux délégués Force Ouvrière plus que de la détermination pour revendiquer, négocier et obtenir un statut unique pour tous les salariés des hypermarchés Carrefour, mais aussi, fusion oblige, l’amélioration des droits dans les Super, la Logistique et tous les autres établissement du groupe.
 
Vint ensuite la période où l’étoile de Carrefour commença à pâlir. Ce fut le temps du départ des fondateurs et l’arrivée de nouveaux actionnaires, avec des patrons plus ou moins performants, plus ou moins commerçants, tels Lars Olofsson et aujourd’hui Georges Plassat. Avec la baisse des résultats et des effectifs, le montant de la participation aux bénéfices a commencé à décliner.

Aujourd’hui, le chiffre d’affaires ne progresse plus et les parts de marchés font l’objet d’une âpre lutte entre enseignes. La direction rechigne à faire appliquer les accords sociaux et gratte pour faire des économies sur tous les postes. La confiance des salariés en l’entreprise s’érode et se transforme en défiance.
 
Force Ouvrière a toujours tenu le cap et défendu les droits des salariés, tout au long de cette histoire, construisant pas à pas et le plus souvent seul, des conventions collectives d'entreprise avec des droits et des avantages importants pour les salariés des hypermarchés, des supermarchés, de la logistique pour ne citer qu’eux.

Encore et toujours, certains pseudo représentants des salariés, critiquent les accords signés par Force Ouvrière. Aujourd’hui encore concernant la participation aux bénéfices : faut-il être stupide pour ne pas comprendre (ou faire semblant de ne pas comprendre) que la prime baisse parce que les bénéfices baissent. Alors que c’est justement grâce à l’action de Force Ouvrière et contre l’avis de la CGT et de la CFDT que plusieurs accords dérogatoires ont été signés et qu’ensuite un supplément a été obtenu afin que cette prime de participation aux bénéfices soit réévaluée pour l’ensemble des 115 000 salariés de Carrefour. (Voir illustration ci-après)

En 2017, il faudra une nouvelle fois renégocier cet accord de participation aux bénéfices et Force Ouvrière gardera le cap. Nous verrons bien ce que feront ces autres représentants des salariés : Contesteront-ils encore le choix de Force Ouvrière ? Rien n'est moins sûr, mais ils en profiteront à titre individuel, comme d’habitude, c’est une certitude !
 
Rappelons-nous, que cette participation aux bénéfices est d’une valeur variable et qu’elle est de plus en plus difficile à maintenir, car les résultats de Carrefour ne sont plus aussi solides, et le changement de PDG qui s’annonce pour la fin de ce semestre sera source de turbulences économiques et sociales, à n’en pas douter.

Michel Enguelz, Coordinateur national FO groupe Carrefour

L'édito L’action de Force Ouvrière chez Carrefour est une longue histoire

Partager cet article

Repost 0