Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logoFO dénonce notamment les horaires de nuit

« FO dit non ». C’est le slogan de la journée d’action organisée demain jeudi 18 novembre par le syndicat devant le siège de Carrefour France à Evry et devant le Carrefour Planet d’Ecully près de Lyon.

FO exige la suspension du déploiement de la nouvelle organisation du travail en magasin. Le distributeur veut réorganiser le fonctionnement de ses équipes aux PGC (et frais LS) en les spécialisant par tâche et non plus par rayon. Initialement, 100 magasins devaient être convertis d’ici à la fin de l’année.

Cette réforme avait été présentée hâtivement par Carrefour le 17 septembre dernier. Dans son numéro de novembre dernier, Linéaires avait révélé un premier recul de Carrefour, confronté à la levée de boucliers des syndicats. Selon FO, le direction de Carrefour aurait pour intention de remettre le projet à l’ordre du jour lors du prochain Comité central d’entreprise du 25 novembre. Ce qui explique ce coup de sang de FO.

« Sans concertation »

Dans un courrier daté d’hier adressé à Jean-Luc Masset, DRH des hypermarchés Carrefour France, le syndicat indique qu’il « refuse le déploiement en l’état de cette réorganisation dans les 200 hypermarchés, qui impose la mise en place d’horaires de nuit dans les PGC, à partir de 2 heures du matin, et des changements d’organisation dans tous les rayons, sans véritable concertation des partenaires sociaux, revendique Dejan Terglav, secrétaire général de la branche alimentation de la centrale syndicale. Pour FO, ce projet n’est qu’une pure volonté économique de réduire encore les coûts et d’améliorer la productivité, sans tenir compte de son impact sur les conditions de travail et sur l’emploi. »

Pour autant, le syndicat n’exige pas l’abandon pur et simple de la réorganisation. Il demande la mise en place de tests « sérieux et élargis », suivis par ses représentants. La nouvelle organisation est testée depuis juin dernier à Villiers-en-Bière (77) et Bègles (33).

La menace d’un pourrissement

Faute d’obtenir satisfaction après la journée de manifestations de demain, FO se dit déterminé « à entreprendre des actions de contestation plus importantes. » Un pourrissement de ce conflit larvé tomberait au plus mal pour Carrefour, à quelques semaines des courses de Noël. Autant dire que les syndicats ont un atout dans leur manche pour tenter de faire fléchir Carrefour.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0