Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Figaro.frLa réorganisation du modèle opérationnel Carrefour est la cause du mouvement social prévu samedi.

La réorganisation du modèle opérationnel Carrefour est la cause du mouvement social prévu samedi.

 

La CGT appelle à des débrayages dans les hypermarchés samedi, jour le plus important de l'année pour la distribution. 

Samedi s'annonce une journée sensible dans les hypermarchés Carrefour. Pas seulement parce que le dernier samedi avant Noël est traditionnellement l'un des plus gros jours de l'année en termes de chiffre d'affaires. Mais aussi parce que la CGT, le troisième syndicat du distributeur, appelle à une mobilisation sociale ce jour-là. En cause : la réorganisation du modèle opérationnel Carrefour. Celui-ci prévoit la suppression des chefs de rayon et l'organisation du travail en quatre équipes. La mise en rayon commencera ainsi à 2 heures du matin, contre 4 heures aujourd'hui.

Ce projet est en test depuis l'été sur deux hypermarchés. Le 25 novembre, FO, syndicat majoritaire, a accepté son extension a plus de 15 hypers en France, dont ceux de Nantes Beaujoire, Marseille Bonneveine, Vénissieux, Rennes Cesson, Claye-Souilly et Chambourcy. Preuve que la direction tente de ne pas passer en force.

La CGT étant le seul syndicat à appeler nationalement au mouvement samedi, celui-ci devrait avoir des effets limités sur l'activité. Il pourrait toutefois être particulièrement suivi dans le Sud-Est, à Marseille notamment, avec débrayages partiels, blocage de l'entrée des magasins et distribution de tracts. Des débrayages, rarissimes chez Carrefour, ont déjà eu lieu cet automne à Wasquehal et à Nice.

Cette situation révèle un malaise grandissant chez les salariés français de Carrefour. Ces derniers sont inquiets du projet instaurant le travail de nuit et surtout des conséquences sur l'emploi du plan d'économies de 2,1 milliards d'euros prévu par Lars Olofsson, le directeur général du groupe. La mise en œuvre de ce plan annoncé mi-2009 doit s'achever fin 2012.

James McCann, le nouveau patron exécutif de Carrefour France, débauché il y a un an chez Tesco, est chargé de réorganiser et de relancer la machine Carrefour. Hypervolontariste, capable de cumuler une ­vision stratégique à un sens du ­détail rarement vu à ce niveau de responsabilité chez Carrefour, cet Anglais est bien décidé à bousculer les vieilles habitudes maison.

 

Réformes trop rapides 

 

Mais, depuis quelques semaines, les directions régionales font remonter au siège des alertes sur les conséquences d'une mise en œuvre trop rapide des réformes. Une pratique rare dans le groupe, que certains analysent comme un manque de soutien des directions régionales et des directeurs de magasins.

«Un coup de balai dans les baronnies de Carrefour a été donné au siège depuis l'arrivée de Lars Olofsson, mais il y a encore du travail à faire au niveau des directions régionales et des directions de magasin, explique un bon connaisseur du groupe. James McCann devra se défaire d'un certain nombre de barons locaux.»

Au siège du groupe, on estime que les critiques sont la preuve que les choses bougent. Surtout, on espère que les salariés seront avant tout mobilisés samedi pour la réalisation des objectifs de chiffre d'affaires. Les ventes de Noël sont en effet cruciales pour le groupe, qui a annoncé fin novembre un avertissement sur résultats, notamment à cause de performances opérationnelles décevantes en France.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0