Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les grévistes ont installé un barrage filtrant / Photo Jean-Pierre Balfin

Les salariés de la société Logidis-Comptoirs modernes (LCM), qui approvisionnent les magasins Carrefour, sont en grève jeudi à l'appel des syndicats FO, CGT et CFDT pour une revalorisation des salaires, a-t-on appris auprès des syndicats et de la direction de Carrefour.

"La grève est bien suivie depuis ce matin. Si on réussit notre coup, les supermarchés ne seront plus livrés à partir de vendredi. S'il n'y a pas un bras-de-fer, on aura rien. Carrefour ne comprend pas autre chose maintenant", a affirmé à l'AFP Terglav Dejan, secrétaire fédéral FO grande distribution.

La grève concerne les 6.000 salariés de la branche transport et logistique du groupe Carrefour qui demandent 3,5% d'augmentation salariale, une remise de 10% sur tous les produits qui augmentent le coût de la vie englobant l'essence et le fuel et une ouverture des négociations pour requalifier la prime de saison en 14ème mois.

Ce mouvement de salariés d'une filiale de Carrefour intervient après une grève très suivie dans les hypermarchés Carrefour le 9 avril. Un accord avait été signé avec une augmentation des salaires de 2%, une prime de 200 euros et une hausse de 7 à 10% de la remise sur tous les produits vendus en hypermarchés pour les salariés de l'enseigne.

Les salariés des 600 magasins Carrefour Market appartenant au groupe de distribution se sont également mis en grève samedi dernier pour obtenir la même chose que les salariés des Hypers.

La direction de Carrefour a indiqué à l'AFP qu'elle avait déjà fait "des propositions permettant une amélioration de 4% du pouvoir d'achat des salariés avec "une augmentation de 2% rétroactive au 1er janvier 2011, une augmentation de la remise qui passe de 5 à 10% et la mise en place d'une remise de 7% sur les achats de billeteries, voyage et assurances chez Carrefour".

"L'accord est soumis à signature jusqu'à la fin de la semaine", a précisé la direction qui admet "quelques perturbations" et "une mobilisation hétérogène" des salariés.
"S'il n'y a pas bientôt d'avancées concrètes, cela va finir par des blocages" a indiqué M. Dejan qui précise que la grève est reconduite à vendredi.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0