Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LSALars Olofsson

Comme la rumeur le prédisait, le conseil d’administration du numéro deux mondial, réuni aujourd’hui, a annoncé vouloir céder la totalité de sa branche hard discount Dia et 25 % de sa filiale immobilière.

Ces deux opérations qui restent soumises à l’approbation de l’Assemblée Générale des actionnaires de Carrefour et de ceux de Carrefour Property, qui auront lieu les 21 et 23 juin prochains se feront après la mise en bourse des deux entités, en juillet 2011. « La scission de 100% de Dia permettrait à Carrefour de se concentrer pleinement sur le développement du potentiel de la marque Carrefour et sur son cœur de métier, tout en permettant aux actionnaires de Carrefour de bénéficier du plein potentiel de Dia. La scission de 25% de Carrefour Property contribuerait au renforcement de l’attractivité et de la compétitivité de ses sites et permettrait à Carrefour de révéler la valeur sous-jacente de ses actifs immobiliers », explique le groupe dans un communiqué.

Dia serait serait cotée à la bourse de Madrid et ses actions seraient attribuées aux actuels actionnaires de Carrefour au prorata de leurs participations dans le groupe. Concernant l’activité immobilière, il est envisagé de procéder à la distribution de 25% des titres Carrefour Property sous la forme d’un dividende exceptionnel (là encore en proportion des actions détenues), le groupe conservant 75% du capital de Carrefour Property. Des opérations qui auraient lieu dès juillet 2011. Pour Lars Olofsson directeur Général et Administrateur de Carrefour: « Ces deux opérations (…) marqueront, si elles sont approuvées, une nouvelle dynamique pour Carrefour. Elles visent à rendre le groupe plus concentré sur ses priorités opérationnelles tout en créant de la valeur pour nos actionnaires. »

Le groupe rappelle que « Dia, troisième opérateur mondial de hard discount, est gérée de façon autonome et présente des interactions très limitées avec Carrefour : un siège social à Madrid, des sites propres dans chacun de ses pays, une chaîne d’approvisionnement indépendante, un système informatique dédié et peu de synergies d’achats avec Carrefour. » Une assertion étonnante sachant que le chiffre de 120 millions d’euros de synergies annuelles avait pourtant circulé ces derniers mois.

Quant à la cession du quart de Carrefour Property, elle vise selon le groupe à « soutenir à la fois la compétitivité des sites existants et l’expansion du Groupe au travers de ses projets de développement et de révéler le plein potentiel de son patrimoine immobilier. » Là aussi, nombre d’experts sont perplexes, notamment sur la pertinence de coter des murs d’hypermarchés, un cas de figure très rare chez les grands distributeurs mondiaux...  A n’en pas douter ces annonces que certains pourraient assimiler au début d’un démantèlement vont faire grand bruit dans le secteur, mais aussi en interne dans le groupe. D’autant qu’elles sont poussées par des actionnaires qui ne détiennent que 14 % du capital du groupe, Bernard Arnault et le fonds Colony Capital

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :