Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 Force Ouvrière rencontre Lars Olofsson ce jour

12 juillet

Le 21 juin, Force Ouvrière a rassemblé des centaines de salariés devant l'assemblée générale des actionnaires de carrefour, pour s'opposer à la stratégie financière et au démantèlement du groupe.


Dejan Terglav (secrétaire fédéral) et Michel Enguelz (délégué national FO) rappelleront à Mr Olofsson qu'ils ne reconnaissent pas le vote des actionnaires à cette assemblée, et qu'ils restent opposés à la scission de DIA.

Ils profiteront de cet entretien pour rappeler à Mr Olofsson que Force Ouvrière dénonce la stratégie actuelle du Conseil d'administration du groupe Carrefour néfaste pour les conditions de travail des salariés et pour l'emploi.
Il est clair que cette logique purement financière, qui se construit aussi bien au Brésil, en Chine qu'à Madrid est contraire aux intérêts des salariés Français.

Force Ouvrière le clame haut et fort :
Carrefour doit changer de stratégie. Si Carrefour ne respecte pas les femmes et les hommes de l'entreprise, Carrefour n'a plus d'avenir.

 

15 juillet

L’écart s’est creusé, notamment avec Leclerc et Intermarché.
Carrefour demande encore un peu de patience. Le groupe dévoilera le 31 août prochain un «plan d’action» pour redresser la barre de ses performances, qui se sont sensiblement éloignées au premier semestre des objectifs qu’il s’est fixé pour l’ensemble de l’année: faire croître ses ventes et son résultat opérationnel courant.


Au terme des six premiers mois de l’année, le principal «handicap» à surmonter, reconnaît le directeur financier Pierre Bouchut, est celui de la rentabilité: le résultat opérationnel courant (ROC) est estimé en baisse de 23%, à environ 760 millions d’euros. Cette chute est largement due à la mauvaise performance en France, son premier marché, où le ROC a chuté de 35%, comme le groupe l’avait annoncé dès la mi-juin.

C’est aussi surtout en France que Carrefour a trébuché en termes de chiffre d’affaires. Grâce aux moteurs des pays émergents, les ventes de l’ensemble du groupe ont très légèrement progressé, de 0,1% (à magasins comparables, hors essence et hors Dia, coté séparément depuis le 5 juillet), à 44,6 milliards d’euros. Mais dans l’Hexagone, Carrefour reconnaît clairement des «erreurs» dans la politique prix: «Nous avons augmenté nos prix dès mars et avril - de 2% pour les marques nationales et de 4% pour nos marques propres -, ce qui a pesé sur le chiffre d’affaires des hypers au premier trimestre (-1%), mais davantage au second trimestre (-3,3%)», explique Pierre Bouchut. 

L’écart s’est creusé, notamment avec Leclerc et les supermarchés d’Intermarché. Carrefour dit avoir bon espoir de commencer à reprendre des parts de marché dès septembre. À ce moment-là, l’ensemble des distributeurs devrait commencer à répercuter les hausses demandées par les industriels. Et, en avant-goût de son plan d’action, Carrefour affirme qu’il se focalisera de nouveau sur les prix bas, au lieu de privilégier les promotions et le programme de fidélité.

Le concept «Planet» 

Le juge de paix du redressement de Carrefour sera le succès de son concept «Planet» peu à peu déployé pour rénover ses hypermarchés. Ce chantier majeur a été présenté par le PDG Lars Olofsson comme un levier efficace pour doper le chiffre d’affaires des paquebots du groupe. Mais, à ce stade, «les résultats sont meilleurs en Espagne et en Belgique qu’en France» pour les hypers transformés en Carrefour Planet, a nuancé mercredi Pierre Bouchut. Là encore, le groupe, dirigé depuis peu en France par Noël Prioux, devrait apporter des précisions fin août.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :