Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Progrès de LyonUne centaine de salariés de Carrefour Vénissieux ont voté la grève jusqu'à vendredi.  Photo Julien Lequeux

Une centaine d’employés du magasin (8 e de France en terme de chiffre d’affaires) s’occupant de la mise en rayon des produits (épicerie, liquide, frais industriel…) sont en grève depuis hier matin et jusqu’à vendredi, jour du réveillon. En plein milieu des fêtes de Noël, certains rayons pourraient bien se retrouver en grande partie vides, le réapprovisionnement n’étant plus effectué. Une action forte de l’intersyndicale CGT/FO/CFDT qui met en cause la réorganisation appelée par le groupe « Nouveau modèle opérationnel ». Déjà opérationnelle depuis cet été dans deux magasins Français, à Bègles et Villiers-en-Bière, la nouvelle organisation devait être mise en place dès la fin janvier à Vénissieux, magasin pilote. Mais pour l’intersyndicale, il s’agit d’un projet tout simplement « inacceptable ». C’est pourquoi sans réponse de la direction sur le retrait de ce projet, la grève a été votée. Principaux points de tension : le travail de nuit de 23 heures à 6 heures du matin mais également la « taylorisation » des tâches : « Un employé va passer son temps à charger et décharger des objets lourds tout au long de sa journée de travail et en plus de nuit, alors qu’aucune nécessité économique impérieuse ne l’oblige », explique Sacha Tarrassioux, délégué CGT. Les salariés sont aussi très inquiets par la souffrance physique et morale que va entraîner cette nouvelle organisation : « Les arrêts maladies vont se multiplier aussi bien pour des problèmes de dos ou des troubles musculo-squelettiques que psychiques », souligne une employée libre-service. Pour l’intersyndicale, il s’agit tout simplement « d’un plan social déguisé qui masque une baisse des effectifs au fil des années alors que la pression s’accroît pour toujours plus de productivité ». De plus, outre le fond du projet, c’est également la façon dont celui-ci a été construit que les syndicats déplorent : « Nous n’avons eu aucune information. Nous devions être consultés (1) et voter une nouvelle organisation dont nous ne connaissons que les grandes lignes ». Une syndicaliste va même plus loin : « Les partenaires sociaux ont été tout simplement mis devant le fait accompli ! » Pour les salariés de Carrefour Vénissieux le slogan est tout trouvé : « Le négatif est de retour ! »

Julien Lequeux

(1) La direction a reporté la consultation à début janvier pour ne pas être confrontée à une levée de boucliers des syndicats pendant les fêtes, période de forte activité synonyme de chiffre d’affaires important

 

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :