Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carrefour2.jpg

Les employés ont manifesté hier pour dénoncer une « injustice » (Photo FRED HASLIN)

AMIENS Les caissières débrayent chez Carrefour

 

Les employés ont manifesté hier pour dénoncer une « injustice » 

Pendant deux heures samedi, de 17 à 19 heures, des tracts ont été distribués aux clients à l'entrée de l'hypermarché. Les employés dénoncent la « retraite en or » de leur PDG.

La fameuse ligne bleue tracée derrière les caisses de chez Carrefour était largement dépassée par les files de caddies, hier en fin de journée.

La publicité de l'enseigne a beau annoncer que pour le client situé derrière cette ligne, l'entreprise se mobilisera pour accélérer son passage en caisse, hier, c'était mission impossible. Entre 17 et 19 heures, une vingtaine de caisses sur les 46 étaient ouvertes. Une trentaine d'hôtesses avaient préféré se réunir à l'entrée de l'hypermarché.

Le mouvement était prévu. Le syndicat majoritaire CFDT avait voulu cette action, devant le magasin, en plus de la présence d'employés dans les différentes manifestations organisées jusqu'à maintenant dans la capitale régionale.

Quarante-cinq emplois supprimés à Amiens sur 393

Les quelques dizaines de salariés présents devant Carrefour voulaient mettre en avant ce qu'ils considèrent comme une injustice à l'heure où dans le cadre de la réforme des retraites, on leur demande de travailler deux ans de plus.
« Après seulement trois ans de service dans le groupe, le directeur général devrait pouvoir toucher une retraite annuelle de 500 000 euros sa vie durant », annoncent-ils sur le tract distribué aux clients.
« C'est scandaleux ! », s'emporte Paul Leroux, délégué syndical CFDT chez Carrefour.

Il dénonce les suppressions de postes dans le groupe.

Il rappelle qu'il y a eu 7428 emplois en moins depuis trois ans chez Carrefour France, et 45 de moins à Amiens sur 393 : « Comment peut-on remplir les caisses des retraites quand on supprime autant d'emplois ? », s'interroge-t-il.

Selon les grévistes, la réforme des retraites n'est pas simplement injuste, elle est aussi inapplicable.

Les baisses d'effectifs entraîneraient des charges de travail plus importantes, et des conditions de travail dégradées.

Si bien qu'à 50 ans, « les employés sont broyés. Comment les faire bosser jusqu'à 62 ans ? » D'autant que selon la CFDT, « on frôle les 10 % d'absentéisme » liés aux conditions de travail.

La « retraite en or » du PDG prouve que « de l'argent, il y en a ».

Mais il est toujours destiné « aux poches des actionnaires, non à celles des salariés. »

Des représentants de l'intersyndicale des cheminots étaient hier aussi devant Carrefour pour prêter main forte aux employés grévistes. Des pneus ont été brûlés sur le parking. Les grévistes affichaient la satisfaction en découvrant « le soutien des clients ».

Les employés de Carrefour Amiens resteront représentés dans les cortèges de manifestants ce jeudi, « comme d'habitude ».

Carrefour a mis en place sa ligne bleue, pour certains de ses employés, c'est une ligne rouge qu'il ne faut pas dépasser.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0