Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Challenges.frVidéo

 

Toutes les vidéos

TOULOUSE (AP) — Les 23 salariés du service après-vente Sud-Ouest Carrefour à Portet-sur-Garonne, près de Toulouse, ont commencé jeudi à 17h l'occupation de leur établissement pour empêcher sa fermeture, prévue dans la soirée, a-t-on appris auprès du syndicat CFDT. Une quinzaine d'entre eux ont prévu de passer la nuit sur le site.

En conflit avec leur direction depuis novembre 2007, date à laquelle le groupe Carrefour a annoncé la fermeture de quatre de ses sept services après-vente en France, dont celui de Portet-sur-Garonne, ces salariés dénoncent la "pression" qu'ils subissent depuis trois ans.

"Depuis mardi, les salariés reçoivent un courrier de dispense d'activité à partir du 1er juillet au motif que les portes de l'établissement seront définitivement fermées. Pourtant, leur licenciement ne leur a pas encore été notifié. Carrefour veut isoler les derniers salariés en les contraignant à rester chez eux alors que leur contrat de travail n'a toujours pas été rompu. Nous avons décidé d'occuper le site pour que Carrefour honore ses contrats de travail", a déclaré à l'Associated Press François Chicano, délégué CFDT.

Dans un communiqué, la direction du groupe confirme que le site ferme jeudi soir. Elle souligne que cette réorganisation est due à "l'évolution des habitudes de consommation, les consommateurs renouvel(ant) plus rapidement leurs équipements au détriment de la réparation". Elle ajoute que les mesures d'accompagnement "ont permis de reclasser en interne ou en externe 225 salariés, soit 91% des effectifs concernés".

Cette action des salariés intervient après un long bras de fer juridique qui a commencé en octobre 2008 avec la décision du tribunal de grande instance de Toulouse d'annuler le plan de sauvegarde de l'emploi présenté par Carrefour et contesté par son personnel, le jugeant "insuffisant" au regard des moyens du groupe de distribution. Cette décision a été confirmée en appel en janvier 2009.

En novembre 2010, un nouveau plan social a été annoncé par la direction programmant le licenciement des 36 salariés restants du site de Portet-sur-Garonne. Entre temps, dans son rapport rendu en octobre 2010, la Médecine du travail avait pointé "des situations de travail hors normes fortement délétères pour la santé physique et mentale des salariés" au sein du service après-vente Sud-Ouest Carrefour.

Suspendu le 3 février 2011 par le TGI de Toulouse jusqu'à consultation du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), le nouveau PSE a finalement été mis en oeuvre le 23 avril dernier. Carrefour précise dans son communiqué que son plan a permis de reclasser 14 personnes. "Les autres salariés vont recevoir de nouvelles propositions de reclassement interne, aux mêmes conditions salariales, dans leur bassin géographique. Les 22 salariés concernés disposent d'un délai d'un mois pour accepter les propositions qui leur seront faites", ajoute le groupe.

"Carrefour, 1er employeur français avec 140.000 salariés, 101 milliards de chiffre d'affaires et trois milliards de résultat opérationnel en 2010, ne peut pas invoquer le motif économique pour fermer le site alors depuis trois ans, la direction exerce une pression permanente et harcèle les salariés pour les pousser à partir. Cela fait deux ans qu'on ne me donne pas de travail, cinq que je n'ai pas été formé, les salariés sont désoeuvrés", indique François Chicano, technicien télé et vidéo, délégué CFDT.

En marge de cette occupation, le comité d'établissement du SAV Sud-Ouest Carrefour et la CFDT 31 ont de nouveau saisi jeudi le TGI de Toulouse pour demander l'exécution de leur contrat de travail et la réouverture du site. AP

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :