Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LExpress.fr

Le temps de pause des salariés n'était pas compris dans leur temps de travail. Carrefour, qui a été condamné à indemniser 85 employés pour 352.000 euros, va faire appel de cette condamnation.

Le groupe Carrefour va faire appel de sa condamnation lundi par les prud'hommes d'Angers à indemniser 85 de ses salariés pour des temps de pause qui n'étaient pas payés, a-t-on appris mardi auprès du groupe.                  

Carrefour "prend acte" mais "va faire appel" de cette décision, a indiqué à l'AFP une responsable de la communication du groupe. Carrefour a déjà gagné sur des dossiers similaires devant les cour d'appel de Montpellier et de Lyon, a-t-elle affirmé.

Le groupe Carrefour a été condamné lundi en appel par le Conseil des prud'hommes d'Angers à indemniser 85 de ses salariés employés en hypermarché pour des temps de pause qui n'étaient pas payés, a-t-on appris de source syndicale.

"Le Conseil a fait droit à l'ensemble des demandes des salariés relatives au SMIC et à la pause, condamnant Carrefour au paiement de rappel de salaires pour un total de 352.000 euros", a annoncé l'avocat des salariés, Me Bernard Salquain.

L'indemnisation pour chaque salarié s'élève en moyenne à 4.500 euros, a précisé à l'AFP Jacques Cady, délégué syndical CFDT.

La CFDT obtient pour sa part 1.000 euros de dommages et intérêts. Le groupe Carrefour est par ailleurs condamné à 100 euros d'amende par salarié au titre de l'article 700.

Jusqu'à présent, le groupe Carrefour qui emploie en 2010 en France 68.000 salariés dans ses hypermarchés, incorporait le temps de pause des salariés dans le calcul de leurs salaires. En conséquence, beaucoup d'entre eux étaient payés en dessous du SMIC, ce qui est illégal. Enfin, le Conseil des prud'hommes a également condamné Carrefour à verser à chaque salarié 3 euros par mois au titre de l'entretien des tenues de travail.

Plusieurs autres groupes de salariés des hyper Carrefour en France ont saisi les Prud'hommes pour le même motif. Des salariés des filiales de Carrefour, en particulier Carrefour market, ont également entamé des procédures similaires, a-t-on indiqué de source syndicale.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :